Imprimer

Video - La gestion de portefeuille

Ajouté le : Durée :

Dans cette chronique, Jean-René Ouellet, spécialiste du Groupe Conseil en portefeuilles, vous aide à améliorer vos connaissances en gestion de portefeuille. Vous y découvrirez, entre autres, les notions de profil d’investisseur, d’objectifs, d’énoncé de politique de placement et de rééquilibrage.

SUJET : La gestion de portefeuilles

EXPERT : Jean-René Ouellet

VERSION : française

Note : Les informations placées entre les crochets « [ » « ] » décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo autre que le dialogue ou la narration.

[ Une élégante musique débute. Différents endroits du siège social de Valeurs mobilières Desjardins sont présentés dont, principalement, le prestigieux parquet où travaille un grand nombre d’employés. Ces images font place à un plan du logo de l’entreprise et au site Internet vmdconseil.ca. Le plan fait place à M. Jean-René Ouellet que l’on voit apparaître sur un balcon du parquet où le personnel est en action ].

Jean-René Ouellet (MBA, CFA, GPC, Analyste principal au Groupe conseil en portefeuilles): Chers clients, je suis Jean-René Ouellet, Analyste principal au Groupe Conseil en portefeuilles chez Valeurs mobilières Desjardins. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous présenter une Chronique financière Valeurs mobilières Desjardins. Elle porte sur la gestion d’un portefeuille. J'œuvre dans le domaine des valeurs mobilières où je fais de l'analyse financière depuis dix (10) ans. Au cours de ces années, j'ai occupé divers postes dont ceux d’analyste d’actions américaines, de stratège en action et en répartition d’actifs.

Pour l’investisseur, les périodes de turbulences ont de bon qu'elles purgent les excès et ramènent à l'avant-scène la valeur du bon conseil. Pour faire face à l'adversité, ou encore pour contenir son euphorie en marché plus positif, il est primordial d'avoir un plan.

Cela commence par établir son profil d'investisseur. Généralement, les investisseurs se disent équilibrés; rares sont ceux se décrivant comme déséquilibrés. Or, après quelques discussions, on se rend compte que tous ne sont pas équilibrés de la même manière. La valeur des actifs est différente, les revenus sont différents, les niveaux d'emprunts varient, les besoins de liquidités sont distincts, les rythmes de dépenses sont uniques à chacun etc. Il faut donc commencer par déterminer qui nous sommes comme investisseur.

Ensuite, nous devons considérer la question des objectifs que doivent permettre d’atteindre les placements. Trop de gens investissent à tâtons sans avoir d'idée précise des rendements à générer pour atteindre leurs objectifs à plus long terme. Lorsque vous prenez l'avion, vous connaissez généralement votre destination. Or, plusieurs investisseurs ignorent leur but. Dans le contexte actuel, si un investisseur doit générer un rendement de 5 ou 6 % pour atteindre ses objectifs à long terme mais du coup, ne souhaite s'exposer à aucun risque, cela implique un manque à gagner certain et doit mener la discussion à un autre niveau: 1- combien d'années supplémentaires au travail seront nécessaires 2- combien devra-t-on épargner de plus et 3- que devra-t-on couper à la retraite.

L'étape suivante consiste à dresser une liste des contraintes spécifiques à l’investisseur: horizon de placement, tolérance au risque, besoins de liquidités, situation fiscale, etc.

Enfin, on passe à l'établissement d'un énoncé de politique de placement. C'est là le principal élément qui fait que les fonds de pension s'en tirent généralement mieux que les particuliers. C'est cet élément qui exclut l'émotion du raisonnement à l'égard des placements. C'est aussi cet élément qui force les conseils d'administration à agir souvent en contradiction avec leurs émotions: lorsque les marchés sont positifs, que les nouvelles sont bonnes et que l'on prendrait davantage de risque alors que les actions grimpent, la politique de placement force à prendre des profits sur les actions et à redéployer le capital dans les obligations qui ont possiblement moins performé récemment. À l'inverse, lorsque les nouvelles sont mauvaises, que les actions baissent et que l'instinct invite à réduire l'exposition aux actions, la politique de placement force à prendre des profits dans les obligations, pourtant bénéfiques récemment, pour redéployer ce capital dans des actions ayant sous-performées dernièrement.

C'est seulement à ce stade que l'investisseur doit se tourner vers les marchés pour déterminer les grandes lignes des perspectives économiques et établir une répartition d'actifs conciliant les objectifs d'investissement avec les rendements espérés des différents actifs. Ensuite, on revoit les choix géographique, sectoriel et les titres.

Bref, tout portefeuille doit être suivi et rebalancé. Le rebalancement joue un rôle clé à long terme. Par exemple, en 2008, un portefeuille réparti 50 % en actions canadiennes et 50 % en obligations canadiennes aurait dû perdre près de 15 % de sa valeur alors que les actions ont reculé de 33 % pendant que les obligations progressaient de 7 %. Or, le portefeuille a changé de répartition en cours d'année en raison de la croissance des obligations et le portefeuille s'est retrouvé investi à près de 65 % en obligations, soit presque un portefeuille de retraite. Si le profil de mon investisseur n'a pas changé, alors son portefeuille ne lui convient plus. En début 2009, il aura été nécessaire de rebalancer ce qui aura demandé une bonne dose de courage considérant toute la volatilité et les craintes ayant marqué ce début d'année. Ce même rebalancement aura permis au portefeuille de rebondir de 50 % de son actif au lieu de seulement 35 %. À l'inverse, suite au rebond des marchés, ce même processus de rebalancement dictera la prise de profit sur les actions à la faveur d'une injection en obligations. Ce processus ne maximise pas forcément le profit à court terme mais assure un meilleur positionnement du portefeuille à long terme. Confronté à ce processus complexe, vous n’avez pas à demeurer seul. Il devient primordial de travailler avec une personne de confiance, dans une institution financière solide. Je vous remercie de votre attention.

[ La musique reprend. L’adresse du site Internet vmdconseil.ca apparaît au centre de l’écran et le texte suivant apparaît au bas de l’écran : « Desjardins Gestion de patrimoine Valeurs mobilières est un nom commercial utilisé par Valeurs mobilières Desjardins inc. Valeurs mobilières Desjardins inc. est membre de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et du Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). » Le plan se termine avec le logo de Valeurs mobilières Desjardins. ]

Haut de page