Imprimer

Video - Les stratégies d’investissement des obligations

Ajouté le : Durée :

Notre expert Michel Doucet vous explique les stratégies d’investissement des obligations.

SUJET : Les stratégies d’investissement des obligations

EXPERT : Michel Doucet

VERSION : française

Note : Les informations placées entre les crochets « [ » « ] » décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo autre que le dialogue ou la narration.

[ Une élégante musique débute. Différents endroits du siège social de Valeurs mobilières Desjardins sont présentés dont, principalement, le prestigieux parquet où travaille un grand nombre d’employés. Ces images font place à un plan du logo de l’entreprise et au site Internet vmdconseil.ca. Le plan fait place à M. Michel Doucet que l’on voit apparaître sur un balcon du parquet où le personnel est en action ].

Michel Doucet (GPC, B.A. (Économie), Vice-président et gestionnaire de portefeuille) : Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous entretenir sur les stratégies d’investissement dans le secteur des titres à revenu fixe et plus particulièrement des obligations.

L’univers des titres à revenu fixe englobe une large gamme de titres dont les obligations et les actions privilégiées. Ces titres ont pour avantage de générer un flux prévisible de revenus sous forme d’intérêts, dans le cas des obligations, et de dividendes pour les actions privilégiées. Les titres à revenu fixe sont une composante essentielle d'un portefeuille d’investissement bien diversifié. Rappelons que 90 % de la variation du rendement à long terme d’un portefeuille est attribuable à la répartition d’actif.

Parmi les titres à revenu fixe, les obligations représentent la plus grande catégorie. Mondialement, le marché obligataire est d’environ 45 000 milliards de dollars. Les obligations sont des produits financiers complexes et sophistiqués dont la gestion ne se limite pas simplement à encaisser les intérêts et à réinvestir le capital à l’échéance.

Comme dans le cas des actions, les obligations sont influencées par plusieurs variables. Au premier rang, on retrouve sans équivoque la toile de fond économique et financière. Viennent ensuite l’analyse de crédit, les possibilités de réinvestissement dans le futur, la liquidité et, bien entendu, l’évolution de la courbe de rendement qui est le reflet des anticipations de l’ensemble des investisseurs. Rappelons également qu’il existe une relation inverse entre le prix d’une obligation et le rendement à l’échéance. Lorsque le prix d’une obligation monte, le rendement à l’échéance baisse. L’inverse est aussi vrai.

Les raisons qui poussent des investisseurs à investir dans un portefeuille d’obligations sont multiples. Mais ce qu’ils recherchent avant tout c’est un équilibre entre la stabilité et le rendement. Dans son coffre à outils, le gestionnaire de portefeuille dispose de plusieurs stratégies qu’il va judicieusement sélectionner pour optimiser le rendement.

Parmi celles-ci, nous retrouvons la stratégie d’exploitation des taux d’intérêt. Elle permet au gestionnaire de modifier la sensibilité de son portefeuille en fonction des variations des taux d’intérêt afin de tirer profit de ses propres prévisions. Cela se fait en allongeant ou en raccourcissant la durée du portefeuille.

Comme gestionnaire, si je m’attends à une augmentation des taux d’intérêt, je vais préconiser une durée plus courte afin de protéger la valeur du portefeuille. À l’inverse, si je prévois une baisse des taux d’intérêt, je vais favoriser une durée plus longue afin d’optimiser le rendement du portefeuille.

Ces ajustements de durée vont se faire via un positionnement spécifique entre les échéances à court terme, à moyen terme ou à long terme.

Le gestionnaire de portefeuille pourrait aussi opter pour une stratégie visant à exploiter la courbe de rendement afin de tirer profit des changements anticipés de la forme de la courbe des taux d’intérêt.

Une autre stratégie vise à tirer avantage des écarts de crédits ou du risque de défaut entre les catégories d’émetteurs. Si, par exemple, la prime de risque associée à un émetteur venait à se distancer de sa moyenne à long terme alors que les facteurs fondamentaux et/ou cycliques ne le justifient pas, le gestionnaire pourrait décider de surpondérer ou de sous-pondérer un type d’émetteur par rapport à un autre.

Concrètement, le gestionnaire pourrait surpondérer les obligations municipales par rapport aux obligations du Canada parce que l’écart de rendement entre ces deux types d’émetteur dépasse sa moyenne.

Finalement, le gestionnaire pourrait, par exemple, mettre en place une stratégie de substitution entre les obligations. Cette dernière consiste à échanger des obligations contre d’autres qui sont grandement similaires, suite à la découverte d’un déséquilibre dans les cours ou simplement pour obtenir un meilleur rendement.

En conclusion, une gestion active des obligations vise à augmenter le rendement à long terme d’un portefeuille d’investissement, tout en lui amenant une plus grande stabilité. Au fil du temps, le marché obligataire comme le marché des actions est devenu volatil et les produits financiers de plus en plus sophistiqués. Valeurs mobilières Desjardins détient l’expertise, la rigueur et la discipline pour naviguer dans cet univers du placement et vous proposer des stratégies qui répondent à vos besoins spécifiques.

Nos conseillers en placement sont en mesure de vous conseiller et de vous accompagner dans la mise en place d’une stratégie d’investissement correspondant à votre profil d’investisseur, à vos besoins spécifiques et à votre tolérance aux risques.

Au plaisir de vous rencontrer.

[ La musique reprend. L’adresse du site Internet vmdconseil.ca apparaît au centre de l’écran et le texte suivant apparaît au bas de l’écran : « Desjardins Gestion de patrimoine Valeurs mobilières est un nom commercial utilisé par Valeurs mobilières Desjardins inc. Valeurs mobilières Desjardins inc. est membre de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et du Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). » Le plan se termine avec le logo de Valeurs mobilières Desjardins. ]

Haut de page