Imprimer

Commentaire financier du jour

Aperçu quotidien des marchés financiers nord-américains, européens et internationaux présenté par Michel Doucet

Michel Doucet

Michel Doucet
Vice-président et
gestionnaire de portefeuille

17 septembre 2021

Canada

Le conseil du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a fixé de nouveaux objectifs pour accompagner son plan de lutte contre les changements climatiques et de réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à son portefeuille de 227,7 milliards $. Le plus grand régime de retraite d’une même profession au Canada a dit jeudi qu’il vise à réduire l’intensité des émissions de carbone de ses investissements de 45 pour cent d’ici 2025 et des deux tiers ici 2030, comparativement aux chiffres de base de 2019. Ces objectifs font suite à l’annonce en janvier d’un engagement à atteindre le niveau de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050. L’engagement reflète les pressions de plus en plus fortes sur les grands investisseurs institutionnels pour qu’ils financent l’énergie propre et se débarrassent des actifs qui contribuent au changement climatique. Les défenseurs de la cause verte appellent depuis longtemps les administrateurs de fonds massifs du monde à investir de manière plus équitable et plus durable, ce dont certains investisseurs institutionnels semblent tenir compte. Le gestionnaire du fonds souverain de Norvège, par exemple, a annoncé en début d’année qu’il prévoit d’arrêter d’investir dans un certain nombre de sociétés de pétrole et de gaz canadiennes après avoir conclu qu’elles produisent des niveaux acceptables d’émissions de gaz à effet de serre. Les grandes caisses de retraite du Canada ont aussi été visées par des campagnes de sensibilisation à l’environnement et aux droits de la personne, ces dernières années. L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada a été critiqué pour sa participation dans deux sociétés de gestion de prisons privées exploitant des camps de détention de migrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Investissements RPC a fini par vendre ces actions en 2019.

États-Unis

Un volet important du plan du président Joe Biden de lutte contre la COVID est compromis. Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration se réunit en effet vendredi pour débattre de la demande de Pfizer et de BioNTech qui veulent offrir des piqûres de rappel au grand public et pour voter sur la question. Le vote du Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee de la FDA – prévu autour de 14 h 30 HE – aura lieu alors que certains scientifiques, y compris au moins deux de la FDA, disent qu’ils ne sont pas entièrement convaincus que chaque Américain qui a reçu le vaccin Pfizer a besoin d’une dose de rappel pour le moment. Dans des documents publiés avant la réunion du comité consultatif, des scientifiques de la FDA ont refusé de prendre position sur l’appui ou non à une troisième piqûre, disant que les autorités de réglementation américaines n’ont pas examiné de manière indépendante ni vérifié toutes les données disponibles pour justifier le recours à une piqûre de rappel. Cela annonce une réunion tendue vendredi alors que l’administration Biden a dit qu’elle veut commencer à offrir les piqûres de rappel au grand public dès la semaine prochaine, sous réserve de l’autorisation de la FDA. La décision fait partie du plan plus général de l’administration pour faire face à l’augmentation des cas de COVID aux États-Unis due au variant Delta qui se propage rapidement.

Europe

Les marchés européens ont connu un sort variable vendredi alors que les investisseurs mondiaux continuaient de pondérer les perspectives d’un ralentissement de la croissance économique. L’indice paneuropéen Stoxx 600 était relativement inchangé en fin de matinée, après avoir grimpé de pas moins de 0,7 %. Les actions du secteur des voyages et des loisirs ont augmenté de 1,4 %, prenant la tête d’un mouvement à la hausse, alors que les ressources de base ont chuté de 1,5 %. Les données parues vendredi ont révélé que les ventes au détail au Royaume-Uni ont chuté contre toute attente en août, cédant 0,9 % d’un mois à l’autre, comparativement à la prévision moyenne de Reuters d’une augmentation de 0,5 %. La quatrième baisse mensuelle consécutive marque la plus longue séquence négative depuis qu’on en tient le relevé. L’inflation de la zone euro a bondi à un niveau inégalé depuis 10 ans en août, selon les données officielles publiées vendredi, les prix à la consommation ayant grimpé de 3 % en glissement annuel et de 0,4 % d’un mois à l’autre. Ces chiffres soulèvent de nouvelles questions pour la Banque centrale européenne (BCE) qui s’est engagée à se projeter au-delà de ce qu’elle considère comme une poussée d’inflation passagère. Parmi les entreprises, le constructeur automobile français Renault a annoncé jeudi la suppression de 2 000 emplois d’ingénierie et de soutien en France dans le cadre d’une transition massive vers les véhicules électriques.

Asie

Les actions de la région Asie-Pacifique ont connu un sort contrasté vendredi. Les titres de China Evergrande Group ont continué d’écoper. Elles ont chuté de 3,42 % vendredi, ayant rattrapé une partie de leur perte antérieure de plus de 11 %, car les craintes pour ses problèmes d’endettement ont continué de saper le moral des investisseurs. L’indice de référence Hang Seng de Hong Kong a clôturé en hausse de 1,03 %, effaçant une partie des lourdes pertes subies en début de semaine. Néanmoins, l’indice a baissé de près de 5 % sur l’ensemble de la semaine, notamment en raison des craintes concernant la réglementation de secteurs tels que ceux de la technologie et des casinos. Les actions de la Chine continentale ont clôturé en hausse, le composé de Shanghai ayant gagné 0,19 % alors que la composante Shenzhen a progressé de 0,71 %. Ailleurs, l’indice Nikkei 225 du Japon a grimpé de 0,58 % tandis que l’indice Topix gagnait 0,48 %. L’indice Kospi de la Corée du Sud a terminé en hausse de 0,33 %. En Australie, l’indice S&P/ASX 200 a chuté de 0,76 %. Les actions des mineurs australiens ont dévissé après une récente baisse des prix du minerai de fer : Rio Tinto a perdu 4,7 % et BHP, 3,67 % alors que Fortescue Metals Group a plongé de 11,48 %. L’indice MSCI des actions de la région Asie-Pacifique sans le Japon a gagné 0,33 %.

Nous trouver Découvrez nos produits et nos services

Haut de page