Imprimer

Commentaire financier du jour

Aperçu quotidien des marchés financiers nord-américains, européens et internationaux présenté par Michel Doucet

Michel Doucet

Michel Doucet
Vice-président et
gestionnaire de portefeuille

27 mai 2019

Canada

Une offre basse par la Société aurifère Barrick, la société mère, de rachat d’Acacia Mining Plc est une solution « appropriée » et « élégante » pour mettre fin à un contentieux de deux ans qui a ruiné la relation entre la société minière mondiale et une de ses filiales africaines, a dit le chef de la direction de Barrick. Barrick n’est pas disposée à envisager d’augmenter son offre à ce stade, a dit Mark Bristow vendredi. Il a aussi refusé de commenter la réaction à la proposition qu’il a reçue des actionnaires minoritaires d’Acacia, se contentant de dire qu’il a des entretiens réguliers avec les investisseurs de Barrick, dont beaucoup détiennent aussi des actions d’Acacia.

États-Unis

Les États-Unis ne sont pas prêts à conclure un accord commercial avec la Chine a dit le président Donald Trump au cours de sa visite d’État au Japon. M. Trump a dit que les droits de douane américains « pourraient monter très, très considérablement, très facilement ». Ses commentaires faisaient suite à la panne des négociations commerciales entre les deux pays survenue plus tôt ce mois. Chacune des parties en rejette la responsabilité sur l’autre, et M. Trump a menacé d’augmenter les tarifs douaniers de milliards de dollars.


Le président Donald Trump a dit qu’il ne cherche pas à provoquer un changement de régime en Iran, mais veut l’empêcher de se doter d’armes nucléaires, dans un effort apparent pour apaiser les tensions qui ont soulevé des craintes de l’éclatement d’un conflit. L’Iran « une chance d’être un grand pays avec les mêmes dirigeants », a dit M. Trump au cours d’une conférence de presse à Tokyo lundi aux côtés du premier ministre japonais Shinzo Abe. « Nous n’aspirons pas à un changement de régime. Je veux que cela soit clair. » Les représentants iraniens ont dit qu’une série de sanctions américaines contre leur pays, qui ont été resserrées ce mois, vise à nourrir le ressentiment populaire afin de faire tomber le régime.

Europe

Fiat Chrysler Automobiles NV a proposé une fusion avec Renault SA pour créer la troisième société automobile au monde alors que les constructeurs s’efforcent d’augmenter leur échelle de grandeur pour faire face à la transition coûteuse que requièrent l’électrification et la conduite autonome. La transaction serait structurée comme une entreprise à parts égales sous l’égide d’une société de portefeuille hollandaise, a dit Fiat lundi. Les actionnaires de Renault, dont l’État français, obtiendraient une prime implicite d’environ 10 %. Dans un communiqué, le conseil d’administration de Renault a dit qu’il étudiera la proposition qu’il a qualifiée d’amicale.


Le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn a promis de donner au public la possibilité de s’exprimer par un vote sur tout accord de rupture dans le cadre du Brexit avant que le Royaume-Uni ne sorte de l’Union européenne. Ses commentaires faisaient suite à la débâcle des deux grands partis dans les élections au Parlement européen, qui ont enregistré leur plus mauvais résultat depuis des décennies.

Asie

Le cofondateur de Huawei Technologies Co., Ren Zhengfei, a adopté un ton de défiance face aux sanctions américaines qui menacent la survie même de sa société. Dans une interview à Bloomberg Television, le milliardaire qui a cofondé la plus grande entreprise technologique chinoise a concédé que les restrictions à l’exportation infligées par l’administration Trump réduiront l’avance de deux ans que Huawei avait péniblement acquise sur ses rivales telles qu’Ericsson AB et Nokia Oyj. Mais la société soit augmentera son propre approvisionnement en puces informatiques soit trouvera d’autres solutions pour garder son avance dans le domaine des téléphones intelligents et la 5G.

Nous trouver Découvrez nos produits et nos services

Haut de page